J'ai une truelle et un passeport...

***

jeudi 29 juillet 2010

Adult and baby neither mutant nor very ninja but they are turtles


Aujourd’hui à Découvertes: Les tortues luths.

Sur le littoral guyanais s’observe tous les étés un spectaculaire rituel animalier. La ponte et l’émergence des tortues luths. Avouez que Charles Tyssère n’aurait pas fait mieux!


Et bien là les amis, ce ne sera pas un billet humoristique (sorry…) que des faits, des vrais faits scientifiques gracieusement offerts par les bénévoles de l’association Kwata qui œuvre pour la protection des tortues et Wikipédia (je ne me souvenais pas de tout par cœur).


Régalez-vous, les photos sont à couper le souffle.


La tortue luth est la plus grande des tortues marines et se caractérise par sa carapace qui n’est pas formée d’écailles, mais plutôt d’une cuirasse très épaisse. Elles pèsent en moyenne 500 kg et mesure 1,80 m, gigantesques.


La Guyane française est un des principaux lieux de ponte des tortues luths (les points rouges sur la carte indiquent les lieux de ponte principaux).



Tous les étés, sur les plages de la Guyane, les tortues luth tchiks viennent pondre alors que les tortues luths masculines restent à la mer (il serait possible de faire des blagues misogynes un peu convenues sur le sujet, mais passons). Chaque tortue peut revenir pondre jusqu’à 6 fois dans l’été et à chaque visite elles pondent 80 œufs environ.


Elles déversent leurs œufs dans un puits qu’elles ont creusé jusqu’à 0,80 m dans le sable avec une habileté incroyable. Les œufs fertiles sont alternés avec des œufs stériles ce qui permet d’aérer le nid et de déjouer (en partie) les prédateurs.

Après la ponte, les tortues enterrent leur nid et brouillent les pistes en faisant plusieurs passages sur et autour du lieu de ponte.


À partir de la sortie de l’eau jusqu’à son retour à la mer, la tortue met environ 1h30-2h00 à creuser, pondre et remblayer.


C’est un spectacle grandiose, émouvant… entre autres, dû aux râles des tortues qui semblent être éprouvées par les déplacements sur la terre ferme et la ponte. Magique.


60 jours plus tard… C’est l’éclosion. Tout plein de babys tortues qui émergent des nids pour rejoindre la mer. Elles mesurent entre 7 et 8 cm.


Sooooooooooooo cute!!! J'en veux plein chez moi!!!


Quelqu’un m’a déjà dit que seulement 1 bébé tortue sur 500 se rendrait à l’âge de la reproduction… destin tragique.

J’espère que c’est faux.

vendredi 23 juillet 2010

Véhicule à deux roues humainement motorisé


Apparemment, mon Papounet est un blogueur qui s’ignore ou qui vient de se découvrir, je ne sais pas encore et peut-être que lui non plus.


Alors, voici en grande première et pour le plus grand plaisir du lectorat, le premier billet écrit par de Juan de Marco et publié par Missive. Ce blog devient familial.


C’est une réponse (la seule que j'ai eu...) à la petite annonce que j’avais placé sur ce blog après la perte tragique de mon vélo, disparu dans des circonstances obscures (bon... pas si obscures que ça, je vous l'accorde) à Montréal une semaine avant mon départ pour la Guyane. Il a trouvé (avec l’aide de Isla Lahermanita) un vélo de brosse rouillé et qui pue peut-être.


Ça va comme suit. Enjoy it !


Courriel de Juan de Marco me décrivant le fameux vélo.


Bonjour,

Parfois les hasards de la route sont difficiles à prévoir, mais on peut emmagasiner des points!!!


Exemple de pointage

Piétons ivres 25 pts

Portières -5 pts

Chutes Pointage après évaluation des dégâts (très payants si le sang coule)


Trêves de plaisanteries (et oui, je plaisantais).

J'ai pour toi quelques photos du véhicule à deux roues motorisé humainement.

J'ai fait la lubrification des engrenages et nettoyé le véhicule.


Photo 1: Vue d'ensemble du bolide

Photo 2: Système antivol

Photo 3: Idem que Photo 2

Photo 4: Dérailleur 1 kaput (à réparer), les 2 et 3 fonctionnent à merveille. Toutes les vitesses fonctionnent très bien.

Photo 5: Les pneus (avant et arrière) rendront l'âme sous peu (à changer obligatoirement).


État général de la machine: Bon

En espérant que ce petit rapport te sera utile,

Asta la proxima, bisous, jml


Réponse de Missive

Yéééééé ! Merci à toute la famillia.


Warning aux piétons et autres utilisateurs des rues du Québec, je serai de retour à Montréal le 4 septembre et sur les routes dès que mon bolide sera en état de rouler. AH AH !


J'espère que le système antivol sera efficace. En photo, il semble parfait.


Une seule chose, je ne suis pas totalement en accord avec le système de pointage de Juan de Marco. On en discute à mon retour.

mercredi 21 juillet 2010

Quelques constats


Voici en vrac quelques trucs que j'ai constaté tout récemment.

Premier constat:
Avis aux joueurs de foot.
Lorsque vous n'avez pas de ballon pour jouer sur la plage, la noix de coco n'est pas une alternative viable.

Parlez-en à l'oeil au beurre noir de Véhicule Récréatif.
Commentaire de Missive: Voyez, ce n'est pas toujours à moi que les mésaventures arrivent.

Deuxième constat:
Avis aux propriétaires de pitbull.
Lorsque votre chien souffre de problèmes psychologiques, ce n'est pas une bonne idée de l'attacher dans le sentier que les gens n'ont pas le choix d'emprunter.

Parlez-en au mollet de Véhicule Récréatif.
Commentaire de Missive: Se rapporter au commentaire précédent. Merci.

Autre constat:
Avis au conducteurs du dimanche (en fait, c'était samedi... anyway).
Il n'est pas souhaitable de reculer dans des racks en métal avec la voiture du conservateur de l'archéologie de la Guyane... devant le conservateur de l'archéologie de la Guyane.


Commentaire de Missive: Bravo Missive.
Par chance, le conservateur d'archéologie de la Guyane est cool et sa voiture est quand même assez vieille et maganée.
Ceci étant dit, la voiture n'a subi aucun dommage.

Dernier constat:
Avis aux archéologues.
Je ne parle jamais d'archéologie sur ce blog, ce thème est pourtant à la base de la création de Missive des Indes Occidentales.

Un spécial pour les archéo-fans de Missive.

Pour les archéologues historiques : quelques photos d'une habitation agricole qui produisait du cacao.


Pour les préhistoriens: Le serpent de Pascaux.


Pub:
2 billets sont présentement de processus de création. Je sens que le lectorat est impatient de lire ces deux nouvelles histoires.

Un premier sur les tortues luth, les mamans qui pondent (impressionnantes) et bébés qui émergent (trop cutes les baby tortues, bon il faut encore que je réussisse à voir les bébés pour les photographier).
Le deuxième sur l'îlet La Mère et sa colonie de singes saïmiris (trop mignons) et le fromager bicéphale arborant fièrement un drapeau du Québec (Ô que oui).

Stay tune!

mercredi 14 juillet 2010

Le pompon pogné pas à peu près


Quand je suis en Guyane, j'ADOOORE aller au zoo et ce, pour deux raisons:

  • Il y a plein d'animaux bizarres
  • Il y a un parcours d'arbre en arbre

Lors de mon dernier séjour en Guyane, je suis allée au zoo et j'ai fait le parcours 2 fois de suite. J'aime ça!!!


Il aurait peut-être été judicieux cette fois-ci de m'abstenir de faire le parcours d'arbre en arbre et de prendre des photos des mes deux compatriotes, respectivement Adorable Moustique Fringant et Véhicule Récréatif.

Pourquoi?

Voici l'histoire:


OUI, j'ai vécu l'horreur. Ôôôôô oui et ce n'était pas fini. Ôôôôô non.

J'ai premièrement dû terminer la tyrolienne à bras parce que je pendais comme une merde au milieu du câble... Une vrai honte.
Évidemment, il y avait une autre tyrolienne juste après. Disons que j'étais moins enthousiaste que pour la première... Quelle calamité.

Toutefois, que le lectorat de Missive se rassure! Je n'ai pas été obligé de me raser les cheveux.

Lorsque je suis arrivée à la maison, Noix (d') Coco a pris les choses en main.

Elle m'a démêlé les cheveux à l'aide d'un demi pot de revitalisant (pendant que je buvais une bière...j'en avais bien besoin). Le revitalisant à d'ailleurs eu un double avantage: en plus d'aider à démêler les cheveux (c'était vraiment le bordel dans le pompon), il masquait l'odeur de cochon brûlé des bouts de mèches crépus (ça puait, c'était écoeurant).

Motton de démêlage, preuve à l'appui:

Mes cheveuuuuuuuux, ahhhhhhhhhhh!

Et bien, après avoir rincé le revitalisant (l'eau était noire d'huile, dégueulasse), fait 2 shampooings et re-revitalisant 2 fois...
Rien n'y paraît. Mes cheveux sont doux, il n'y a pas de trous. En fait, ça rafraîchi mon dégradé!

IN-CRO-YA-BLE!

Au départ, je vous jure, je croyais que j'étais une candidate pour un aller simple chez le barbier. Pas chez la coiffeuse, chez le barbier.

vendredi 9 juillet 2010

Possibilité de crash réactivée


Le lectorat de Missive des Indes Occidentales sera heureux d'apprendre que...

J'ai récupéré un VÉLO et un casque, yahou!

La preuve:


7 km aller-retour, donc 14 km par jour entre Montjoly et Cayenne, pour aller au boulot. Ça va être folklorique!

Ce qui est pratique est que ce vélo est protégé par des collants de dieux hindous directement importés du Surinam. Ainsi, tout devrait bien aller... En deux jours, il ne m'est rien arrivé d'irrégulier.


Parlant du Surinam, ce pays est génial. J'ai eu la chance d'y aller en 2007.

Un ancien bout de Hollande en pleine forêt amazonienne qui a un caractère tout à fait singulier.

Quelques exemples:

-La conduite à gauche: mélangeant surtout lors que la route est pleine de trous, par chance le chauffeur de taxi savait ce qu'il faisait.

-Les habitants qui parlent le Taki Taki: un créole hollandais, fracture du crâne garantie.

-La magnifique cathédrale en bois: d'ailleurs au Surinam l'hindouisme est pratiqué par 25% de la population, ainsi que le catholicisme (25%), l'islamisme (25%) et le judaïsme (25%).

-Une des rues directement sortie d'un film de Bollywood: une grande partie de la population est de descendance indienne. Les travailleurs indiens ont remplacé les esclaves suite à l'abolition de l'esclavage.

-La mosquée située directement à côté de la synagogue: un bel exemple d'accommodement raisonnable.


-Les bars sympas (hamacs compris) situés sur la rive du fleuve dans lesquels ils servent d'office des Parbos (la bière locale) en format de 1 litre.

-Des autobus protégés par des icônes de dieux hindous et des stars de Bollywood.


-Les jolies maisons blanches avec des fenêtres à carreaux.


-Un chaos général tout à fait charmant.


-Ah! oui! avant d'y aller, il fallait un visa. Le Consulat du Surinam à Cayenne, ce fut épique... Êtes vous étonnés?

J'ai pensé y retourner cet été, mais l'idée d'avoir à demander un visa me donne de l'urticaire...
On se demande pourquoi!

lundi 5 juillet 2010

Let us spray!


Du Moule à Cayenne...

Non, ce billet ne vise pas à partager une recette de moules à l'antillaise. D'ailleurs, j'ai vérifié sur le net et il semble que ça n'existe pas.

Demain, je prends l'avion de la Guadeloupe (j'habite présentement à Le Moule à Grande-Terre en Guadeloupe) pour me rendre à Cayenne en Guyane, ma destination finale pour l’été.

J'ai bien hâte de vous raconter mes aventures guyanaises. Finalement, je devrais faire un peu de fouille sur le fleuve Approuague. Ça risque de ne pas être triste. Run through the jungle ! Yeah baby yeah!



Quelques commentaires sur Le Moule.

Le Moule est un charmant village de pêcheurs, maintenant très touristique. D'ailleurs, Souriante Goyave et moi avons fait les frais, cet hiver, des touristes retraités voulant se reposer... dans un environnement exempt de bruit, ce qui incluait le babillage de deux Québécoises et de leurs voisins Portugais prenant l’apéro jusqu’à 21h00. C'est une longue histoire un peu plate dont je ne raconterai pas les détails ici. Je mentionnerai seulement que selon moi les voisins hystériques, qui hurlaient et nous insultaient pour nous dire de nous taire qui nous demandaient poliment de nous taire, faisaient plus de bruit que nous, mais ça, c’est une question de point de vue.


Autre sujet, toujours sur la région de Le Moule.

Pas très loin du village (rien n’est vraiment loin en Gwad), il y a une ancienne habitation sucrière, La Mahaudière. Les habitations sucrières sont d'ailleurs assez communes dans le coin. En une journée Souriante Goyave et moi, on a compté 19 (je crois) moulins-à-vent différents. Bref...

Le moulin-à-vent de cette habitation a été transformé en chapelle. Je trouve que c’est une belle réutilisation du patrimoine historique.

Dans la chapelle, il y avait une bonbonne de prière Saint-Michael 100% genuine en spray.



Une prière en spray…?

Oui madame! Yes monsieur! Il faut croire que tout le monde profite des avancées technologiques.

Comme, mon blog a déjà été qualifié de frondeur par un collègue guadeloupéen (oui, je parle de toi Terrible Yack. J'espère que tu aimes le sobriquet. Cette idée aussi d'avoir un nom de famille qui commence par «y») à propos de mes histoires de Consulat. Je préfère donc m’abstenir de tout commentaire sur «les prières en spray». Je ne voudrais pas risquer de me faire excommunier… mais quand même une prière en spray. Come on.

Inutile de me demander ce que ça sent ou de décrire la sensation lors du pouishhh, je ne l’ai pas essayé.

vendredi 2 juillet 2010

En raquette au Sahara...?


Oui, je suis toujours en Guadeloupe. Contrairement à ce que suggère le titre de ce billet, je ne suis ni à Kuujjuak, ni à Wimbledon ou dans un bled du sud du Maghreb.

Toutefois, les deux rubriques de ce billet sont les raquettes et le Sahara. Flyé, non ?

Rubrique serial killer

Ce avec quoi je me cache le visage,


c’est une raquette électrique. Remarquez l'éclair dans le centre de la raquette.

Je sens le lectorat de Missive dubitatif.

Ça sert à quoi ? s’écrit-il.

Ça sert à électrocuter, que dis-je pulvériser, les maringouins, répond Missive avec une mine réjouit.

Ah ouin ?!?

Oh Yeah !

J’aime m’en servir… le plus souvent possible. C’est définitivement le genre de truc qui me plaît.

Quand tu fais passer un maringouin dedans, c’est là que ça devient complètement euphorisant, ça fait crac, il y a un éclair bleu et ça sent le cramé.

Et le maringouin, il est où ? VOLATILISÉ. MORT. CAPOUT. FINI. OVER. ADIOS AMIGOS.

Voyez plutôt. Désolée le début est un peu plate, l'action se déroule vers la 20e seconde. Montez le son pour apprécier le crac.

video

J’adore, la raquette électrique (frisson de bonheur).

Imaginez utiliser cela à la Baie James… Imaginez un seul instant la satisfaction. WOW !

J’en ramène combien ?

Note :

Les raquettes électriques existent peut-être au Québec, mais j’en ai jamais vu.

Rubrique National Géographique

Hier au téléjournal, la dame de la météo annonçait une brume de sable pour aujourd’hui.

Missive, toujours curieuse, demande à Irremplaçable Guadeloupéenne :

C’est quoi une brume de sable ?

C’est un nuage de sable qui vient du Sahara et qui voile le ciel, répond Irremplaçable Guadeloupéenne.

Ah bon, rétorque Missive peu convaincue.

Je savais que des particules de sable du Sahara étaient poussées par le vent jusqu’en Amérique, mais de là à ce que ce soit visible à l’œil nu…

Ben aujourd’hui, gros smog sale en provenance du Sahara sur la Guadeloupe. Le ciel n’était pas bleu mais gris. Pareil comme à Montréal avec la pollution mais avec du sable. Impressionnant.

J’ai fait des recherches «dans» l’Internet comme dirait Christiane Charrette.

J’ai trouvé ça (le lien est ici).

«La couche d'air saharien (SAL) , communément appelée "brume de sable du Sahara" est une masse d'air très sèche et pleine de poussières qui se forme au-dessus du désert du Sahara à la fin du printemps, en été et au début de l'automne et qui se déplace en général vers la partie tropicale de l'Océan Atlantique nord tous les 3 à 5 jours. Elle s'étale sur environ 1500 à 1600 m d'altitude et contient de très grandes quantités de poussières minérales, de l'air sec et est associée à des vents forts. […] La SAL couvre une zone de la taille des Etats-Unis et a été observée loin vers l'ouest jusqu'à la mer des Caraïbes, l'Amérique centrale et le Golfe du Mexique».

Un nuage de sable gigantesque, colossal, comme dirait Charles Tisseyre, se déplaçant sur des milliers de kilomètres pour atteindre son objectif ultime: la Guadeloupe, le reste de l’arc Antillais et l’Amérique centrale.

Je ne sais pas vous, mais moi je trouve ça étonnant.